Bandeau
Association Animath
Association pour l’animation mathématique

Animath est une association loi 1901, dont le but est de promouvoir l’activité mathématique chez des jeunes, sous toutes ses formes : ateliers, compétitions, clubs... dans les collèges, lycées et universités, tout en développant le plaisir de faire des mathématiques.

MYMC 2017

La compétition MYMC 2017 aura lieu du 19 au 22 juillet à Rome.

Article mis en ligne le 18 juillet 2017
dernière modification le 4 septembre 2017
Imprimer logo imprimer

Cette année encore, la France a l’honneur d’être invitée à Rome pour le MYMC (Mediterranean Youth Mathematical Championship), cette compétition un peu particulière qui réunit depuis 2013 des équipes de deux filles et deux garçons venant de tout le pourtour méditerranéen.

L’équipe sera composée de Léonie Kittel, Théodore Fougereux, Paul Cahen et Aline Cahuzac, chaperonnée par Eva Philippe.

Jour 1 - Départ pour Rome

Tout le monde se retrouve sur le quai du RER B ou directement à l’aéroport Charles de Gaulle, malgré un petit retard le voyage se passe sans encombre et aucun bagage n’est perdu ! (Les organisateurs échaudés s’étaient méfiés cette fois et nous avaient demandé de n’emporter que des bagages à main).

JPEG - 291.9 ko

*En attendant l’avion, on réfléchit au problème 1 sur lequel ont planché les camarades partis au Brésil pour l’IMO*

A l’arrivée nous faisons la connaissance de Lorenzo, qui sera notre ange gardien.
Après nous avoir laissé le temps de poser nos affaires à l’hôtel et découvrir nos chambres ultra-spacieuses, comme nous avons quartier libre jusqu’au dîner il propose de nous faire visiter le monument du coin : la basilique San Paolo.

JPEG - 330.7 ko

*Aline, Léonie, Lorenzo, Paul et Théodore devant la basilique San Paolo*

A l’intérieur nous retrouvons l’équipe albanaise, chacun a droit à une accolade généreuse.

JPEG - 307.9 ko

*Les équipes française et albanaise à l’intérieur de la basilique*

Ensuite, au prix d’une petite marche qui en vaut le détour, Lorenzo nous emmène chez un glacier réputé. Après moultes hésitations pour choisir les parfums, nous ressortons avec d’énormes glaces surmontées de leur panna montata nature.

JPEG - 183.5 ko

*Hmmm... viva Italia !*

Alors que Paul et Théodore sont déjà à la table de l’équipe espagnole, Léonie, Aline et moi nous asseyons à la table de l’équipe slovénienne. Au menu : des canelloni en entrée, qui aurait pu faire office de plat, des aubergines avec de la dinde et un mille-feuille un peu décevant. On a eu peur de devoir payer notre eau mais l’ange gardien slovénien a su négocier. On a d’autres interrogations existentielles sur la préexistence des mathématiques ou de l’esprit humain, la nécessité d’avoir trois fourchettes autour de chaque assiette ou la manière optimale pour couper sa part de mille-feuille.

Après quelques parties de Mao, l’équipe ne va pas tarder à aller se reposer en vue des épreuves de demain.

Jour 2 - La compétition

A 8h toute l’équipe se retrouve, bien reposée, au petit-déjeuner pour faire le plein de sucre (ou de frites-saucisses pour certains...) avant de partir pour l’université Roma Tre, à quelques rues de l’hôtel.

JPEG - 312.3 ko

Cette fois, la cérémonie d’ouverture n’est pas trop longue. La session est dédiée à Maryam Mirzakhani, en l’honneur de qui on respecte une minute de silence.
Les jeunes sont encouragés à changer le monde grâce aux mathématiques, avant la première collation de la jounée.

JPEG - 283.2 ko

*Le petit-déjeuner était sans doute trop frugal ce matin*

Les règles de la compétition sont rappelées. Au programme de ce matin : 15 petits problèmes à résoudre par équipes en 80 minutes, avec le barème suivant : 2 points par réponse juste, 0 points par réponse fausse, 0,5 points par question non répondue.

JPEG - 268.4 ko

*Pour l’instant tout va bien*

Alors que les participantes et participants rejoignent la salle d’épreuves, je reste avec tous les chaperons pour écouter une présentation de l’ICTP (Centre International pour la Physique Théorique, qui promeut la recherche scientifique et la coopération dans le monde entier, en particulier les pays émergents) et une présentation des programmes mis en place en Italie pour lutter contre la baisse d’intérêt des lycéens envers les mathématiques depuis 2009. Ensuite on descend regarder les posters sur la promotion des mathématiques auprès des lycéens dans chaque pays représenté. Il y a des présentations très diverses. J’ai l’occasion d’échanger un peu avec le chaperon espagnol qui veut en savoir plus sur la préparation par correspondance, le chaperon algérien qui n’a pas pu encore faire de poster mais m’apprend que les cours d’Animath sont beaucoup regardés par les jeunes algériens qui veulent s’entraîner aux olympiades et les représentantes palestiniennes, chez qui les études de mathématiques sont très peu valorisées car elles n’offrent que l’enseignement comme débouché (il n’y a pas de recherche).

Lorsque je retrouve les participants ils sont un peu déçus : ils se sont trompés sur 4 problèmes (2, 7, 14, 15), visiblement le niveau était plus élevé que par le passé.

Néanmoins, la proclamation des résultats annonce une déception encore plus grande : la France n’obtient que 18,5 points au lieu des 22 attendus, ce qui la place en dixième position et laisse peu d’espoir de rattraper Chypre arrivée en tête avec 25 points. Mais surtout, on ne comprend pas comment un tel score est possible alors qu’une réponse a été donnée pour chaque question, ce qui ne permet pas d’avoir des demi-points...

JPEG - 198.5 ko

*Classement à la fin du premier tour*

Je demande aux referees si l’on peut vérifier les copies et la preuve est là : la réponse au problème 5 n’a pas été recopiée et celle du problème 6 n’est pas celle qu’ils avaient pensé mettre...
Les quatre sont très dépités de ces erreurs stupides : alors qu’ils sont habitués à être avant tout jugés sur leur raisonnement, ce format d’épreuve ne pardonne pas les étourderies de calcul ni le recopiage précipité des lettres indiquant la bonne réponse sur la feuille dédiée. Peut-être qu’il aurait fallu en guise de préparation s’entraîner au moins une fois en temps réel et par équipe.

La cœur lourd, nous allons alourdir notre estomac à la cantine de l’université.

*Oui oui, pâtes ET pizza*

L’après midi, les règles sont un peu différentes : les équipes sont associées par paires et doivent choisir parmi trois problèmes un qu’elles donnent à l’autre et deux qu’elles gardent. Elles ont ensuite 20 minutes pour les résoudre et gagnent un point par solution correcte, plus un point supplémentaire si l’équipe en face a résolu moins de problèmes.
Pour le premier tour les équipes sont associées deux par deux selon le classement mais pour le second tour les paires sont constituées aléatoirement.

Cette fois pas d’erreur pour les Français, qui sortent même en avance lors du deuxième tour. Mais leurs adversaires, la Tunisie et l’Algérie font également des scores parfaits à chaque fois (comme beaucoup d’autres équipes).

Le dernier espoir qui subsiste pour tenter de remonter des places (et encore, on peut au mieux rejoindre l’Espagne au sixième rang) réside dans la dernière épreuve : un problème commun posé à toutes les équipes, qui ont au plus 10 minutes pour proposer une réponse. La première équipe qui donne une réponse juste gagne 3,5 points, celles qui donnent une réponse juste ensuite gagnent 1 point, celles qui ne donnent pas de réponse 0,5 points et une réponse fausse ne fait gagner aucun point.

Le problème posé est plutôt calculatoire : une somme de cubes, de carrés et de puissances 1 pas très gentille si on ne voit pas une réécriture très astucieuse... Paul a une réponse au bout de trois minutes, l’équipe française tente de déstabiliser les autres en sortant tout de suite.... mais malheureusement une erreur de calcul s’était glissée dans la dernière multiplication.

Finalement, ce sont les Espagnols qui ont donné une réponse juste en premier, ce qui leur permet d’accéder à la deuxième position, juste derrière les Chypriotes et devant les Slovènes. Un classement original donc en comparaison des années précédentes !

Jour 3 - Cérémonie de clôture et tourisme

Ce matin, nous sommes encore à la limite d’être en retard à cause d’une incertitude sur l’autorisation des shorts au ministère où aura lieu la cérémonie de clôture.

Après un rapide tour en bus du quartier de Trastevere, nous arrivons donc au Ministère de l’Education. Après quelques discours, toutes les équipes ont droit à leurs médailles : or pour Chypre, argent pour l’Espagne et bronze pour toutes les autres.

JPEG - 221.9 ko

Après le déjeuner, nous caressons l’idée d’essayer la piscine du campus, mais il ne reste pas beaucoup de temps avant le départ pour la visite guidée de Rome et les entrées sont hors de prix. A la place nous nous promenons le long du Tibre (Tevere).

JPEG - 165 ko

*Un canard romain*

Lors du tour de Rome en autocar, la guide nous montre beaucoup de special buildings. Nous descendons au niveau de la frontière avec le Vatican.

JPEG - 318.2 ko

*Follow the strawberry*

Comme on a pris du retard, on peut pas rester plus de 10 minutes au niveau du Colisée, juste le temps de prendre une photo.

JPEG - 386.4 ko

Le dîner dans un restaurant commence de manière chaotique sous forme de buffet mais finalement la danse, autre langage universel ramènera la bonne humeur. Pendant ce temps, l’équipe marocaine subit ses premières parties de Mao.

Pour finir en beauté, direction la gelateria !



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Association Animath - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.7
Hébergeur : ENS Ulm