Bandeau
Association Animath
Association pour l’animation mathématique

Animath est une association loi 1901, dont le but est de promouvoir l’activité mathématique chez des jeunes, sous toutes ses formes : ateliers, compétitions, clubs... dans les collèges, lycées et universités, tout en développant le plaisir de faire des mathématiques.

JBMO 2015

Compte-rendu des olympiades balkaniques junior de mathématiques 2015

Article mis en ligne le 25 juin 2015
dernière modification le 10 mai 2016
Imprimer logo imprimer

La délégation française pour les JBMO (Junior Balkan Mathematical Olympiad) qui se déroulent du 24 juin au 29 juin 2015 est composée de Pierrre-Alexandre Bazin, Romain Caplier, Thomas Fusellier, Yakob Kahane, Juraj Rosinsky et Jean Zablocki.
Vincent Jugé est chef de délégation, et Margaret Bilu est chef de délégation adjointe.

Pour plus d’informations, voir le site officiel.

Sujets

Mercredi 24 juin

Nous nous retrouvons tous de bonne humeur à Châtelet pour prendre le RER B...ou du moins, essayer. Après une longue attente, un changement de train et de quai mouvementés en Gare du Nord, nous finissons tant bien que mal par nous glisser dans un train qui nous emmène jusqu’à l’aéroport avec une avance confortable. L’enregistrement et le voyage se passent sans encombre, même si les participants sont assez agacés par la constante nécessité de sortir leurs passeports. A Belgrade, où nous arrivons à 23 heures passées, nous sommes accueillis par une guide et un immense car rien que pour nous (voilà l’avantage d’arriver aussi tard...), dans lequel nous sommes sacrément moins serrés que dans le RER B. Le car passe par le centre-ville de Belgrade, où Vincent nous quitte, pour ensuite se diriger vers la banlieue Sud-Est de Belgrade. Nous arrivons à l’hôtel autour de minuit et demi, et découvrons que nous avons tous des chambres côte à côte, ce qui est bien pratique. L’heure tardive nous pousse à aller nous coucher tout de suite.

Jeudi 25 juin

Le matin, nous découvrons un peu plus en détail l’endroit où nous sommes, en particulier à travers le petit-déjeuner quelque peu frugal. En fin de matinée nous avons un excursion vers la colline d’Avala qui se situe tout près de notre hôtel. Nous pouvons y découvrir le monument au Héros Inconnu, ainsi que la tour de télévision, au sommet de laquelle nous montons pour admirer une vue imprenable sur toute la campagne avoisinante.

Après le déjeuner, nous nous retrouvons tous dans l’une des chambres pour chercher quelques exercices. Le soir, tout le monde se couche de bonne heure pour être en forme pour le lendemain !

Vendredi 26 juin

C’est le grand jour ! À 9h, nous assistons à la cérémonie d’ouverture la plus courte dans l’histoire des olympiades : 10 minutes top chrono. Heureusement d’ailleurs, car elle se passait dehors, et seuls quelques tentes un peu trop petites nous protégeaient de la pluie. Ensuite, les candidats sont appelés à prendre place dans les cinq salles d’examen.
A la sortie de l’épreuve, l’impression générale est que c’était plutôt difficile. Personne n’a réussi le 2, seul Romain pense avoir le 3. Le 4 en revanche a eu beaucoup de succès, plusieurs personnes de l’équipe l’ont trouvé assez facile.
Vu qu’il n’y a pas d’activités particulières de prévues pour la fin de la journée, les élèves s’occupent en jouant à divers jeux, tandis que les leaders (car Vincent nous a rejoints le matin) regardent les copies.

Samedi 27 juin

Au petit déjeuner, une nouvelle surprise nous attend : au menu, thon et oignons crus assaisonnés à l’huile... Pendant que les élèves partent pour une visite de Belgrade, nous (les leaders) entamons les coordinations. Tout se passe extrêmement bien : pour les trois premiers exercices, les coordinateurs nous ont tout de suite proposé les scores dont nous rêvions. En particulier, nous étions un peu inquiets pour l’exercice 3 de Romain, car sa figure n’était pas vraiment celle de l’énoncé, même si la solution était complètement analogue, mais en fait les coordinateurs nous ont accordé tous les points sans discussion. Seulement pour l’exercice 4 nous avons eu besoin d’argumenter, car les coordinateurs n’avaient pas compris les trois solutions complètes (ou presque) que nous avions, en particulier pour des problèmes de langue. Mais finalement, nous avons également obtenu tous les points que nous souhaitions.

L’après-midi a lieu la réunion pour les médailles, qui apporte une nouvelle surprise : nous ne nous attendions pas à avoir des médailles pour Pierre-Alexandre et Juraj, qui avaient chacun 12 points, car le classement des pays balkaniques montrait que la barre devait être très clairement à 13. Mais il y avait un seul candidat balkanique à 12, et après argumentation de la part du leader chypriote, le jury décide de mettre la barre à 12. La France obtient donc 5 médailles de bronze ! De plus, nous pouvons nous réjouir d’avoir battu à plates coutures presque tous les pays sur l’exercice 4 : la France finit deuxième sur 19 sur cet exercice, qui était le plus difficile de la compétition.

Dimanche 28 juin

Dès 9h, nous sommes partis en car pour une longue excursion, et, après une heure et demi de trajet, sommes arrivés à la première étape de notre voyage : Topola, petite bourgade serbe abritant plusieurs monuments liés à la famille royale des Karađorđević, qui a régné sur la Serbie du milieu du 19e siècle jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale.

Nous avons en particulier visité une belle église toute décorée de mosaïques à l’intérieur, qui sert de nécropole à tous les membres de la famille.

Ensuite, nous avons continué le trajet jusqu’à la grande ville de Kragujevac, ou nous avons visité une ancienne usine d’armes, puis le plus grand (!) aquarium de la Serbie, puis un immense parc contenant un mémorial aux victimes de l’Holocauste. Nous étions déjà fort affamés quand le car nous a enfin déposés à un restaurant où nous avons eu des boissons et des sandwichs. Après le repas, nous sommes rentrés à l’hôtel pour la cérémonie de remise des médailles et le dîner de clôture.


Pierre-Alexandre a eu un succès particulier et a été applaudi par tout le monde, en tant que participant le plus jeune de la compétition.

Lundi 29 juin

Vu que notre avion n’était que l’après-midi, nous avons profité de la matinée pour refaire l’ascension du mont Avala, mais cette fois-ci, à pied. Au terme d’une marche de 45 minutes environ, nous avons courageusement atteint le monument au soldat inconnu, où une partie de dame de pique enflammée a été disputée...

Après le déjeuner, nous avons repris le car vers l’aéroport, et avons pris l’avion, retournant à Paris sans trop de difficultés.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2018 © Association Animath - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.7
Hébergeur : ENS Ulm