Bandeau
Association Animath
Association pour l’animation mathématique

Animath est une association loi 1901, dont le but est de promouvoir l’activité mathématique chez des jeunes, sous toutes ses formes : ateliers, compétitions, clubs... dans les collèges, lycées et universités, tout en développant le plaisir de faire des mathématiques.

Olympiade balkanique de mathématiques 2011 - Les résultats

Résultats de l’Olympiade balkanique de mathématiques 2011

Article mis en ligne le 22 juillet 2016
Imprimer logo imprimer

Olympiades Balkaniques 2011 – Iasi, Roumanie

Résultats des membres de l’équipe de France (avec les résultats détaillés) :

FRA1 Jonathan Dong 2+2+4+0 = 8

FRA2Diane Gallois-Wong 10+2+4+0 = 16 BRONZE

FRA3 Baptiste Louf 10+0+4+2 = 16 BRONZE

FRA4 Vincent Mouly 0+3+10+0 = 13 BRONZE

FRA5 Matthieu Piquerez 1+0+10+2 = 13 BRONZE

Les barres de médailles :
Or : 30
Argent : 17
Bronze : 10

L’quipe était encadrée par :
Claude Deschamps (Leader) et Xavier Caruso (Deputy Leader)

Le témoignage d’un des membres de l’équipe

Tout d’abord une petite présentation : je m’appelle Baptiste, je vis dans une petite ville des Vosges (Epinal) et je suis en Terminale S. J’ai participé aux Olympiades Académiques l’an dernier, puis au stage d’été de Grésillon 2010, et cette année, je me suis qualifié pour les Olympiades balkaniques de mathématiques (BMO). Je suis donc parti avec 4 autres lycéens à Iasi, en Roumanie, du 4 au 9 Mai pour participer à cette compétition.

Nous avons donc pris l’avion mercredi 4 au matin, à 7, dont un leader, un adjoint et 5 élèves, au lieu de 6 comme c’était initialement prévu, l’un de nous ne pouvant pas venir pour raisons personnelles. Après un long voyage incluant les vols Paris-Bucarest et Bucarest-Iasi, plus le temps d’attente entre les deux, nous sommes finalement arrivés à destination en fin de journée ; nous étions vers 18 heures dans notre hôtel. Nous y avons rencontré nos guides : Claude, un élève de 15 ans scolarisé dans un établissement de la ville, qui a vécu en France jusqu’à ses 6 ans et Ioana Tomei, une professeure qui parle également le français couramment. Nous nous sommes installés, puis nous sommes allés manger, au restaurant Bolta Rece ; c’est là que nous avons pris tous nos repas dans la semaine. Pour la petite histoire, si jamais vous allez en Roumanie, ne goûtez pas leur fromage typique, ils nous en servaient à tous les repas et personne (ou presque) ne le mangeait. Là-bas, on a pu voir quelques autres équipes, j’ai en particulier retrouvé Federico, un italien rencontré à Grésillon avec qui je m’entends très bien.

Le lendemain, ainsi que les autres jours nous avons visité Iasi avec nos guides. Iasi est la deuxième ville de Roumanie, et nous y avons vu beaucoup de très belles choses : le palais de la Culture, un musée dédié à Mihai Eminescu, le plus grand poète roumain, les universités, le planétarium, les parcs, le Jardin botanique, … Cependant, malgré cela, la Roumanie reste un pays très pauvre : beaucoup des bâtiments sont en reconstruction, voire pas alors que ça serait nécessaire, les rues ne sont pas en bon état, et les lycéens, comme nous avons pu le constater, pensent tous à aller faire leurs études à l’étranger. Cependant, cela est dur pour eux car leurs revenus sont beaucoup plus faibles, 60% de la population gagne le revenu minimum pour les travailleurs qui est de 150 €, et pas adaptés à la vie dans des pays riches comme l’Angleterre où tout est plus cher.

Jeudi 6, nous avons également eu la cérémonie d’ouverture, qui s’est faite sans l’Albanie, qui n’était pas arrivée. Au programme, un mot rapide de chaque leader, une distribution de chocolat (la présidente du comité voulait faire quelque chose d’original), et un long discours de la part de chacun des membres du comité, comme ils étaient environ 8, c’était un peu lassant.

Vendredi, nous avons passé l’épreuve, de 9h30 à 14h. Cette année nous étions répartis à 10 par salle, selon les numéros que nous avions (par exemple, j’étais FRA3, je me suis retrouvé avec ROM3, etc.). On nous a expliqué la marche à suivre (rédiger sur une seule face des feuilles, remettre le tout dans l’enveloppe à la fin, etc.), puis on nous a laissé nous débrouiller sur les exercices. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s’agit de 4 exercices chacun noté sur 10 points. Normalement, ils sont classés par difficulté croissante, mais cette année le 2 était le plus dur, il avait été choisi en 2 parce qu’il admettait une solution en 5 lignes, mais elle n’était pas du tout naturelle. Après l’épreuve, nous nous sommes retrouvé pour un débriefing rapide avec Xavier, notre adjoint, et puis nous sommes retournés à nos activités, tandis que notre leader et notre deputy leader commençaient les coordinations. Il s’agit de corrections faites entre le Jury dédié à chaque exercice et les leaders de chaque équipe. Chaque partie corrige séparément, et s’il y a litige sur la note à donner, ou bien tout simplement que le Jury n’a pas compris une part de la preuve, il s’ensuit une discussion pour tomber d’accord sur la note à donner à la copie.

La cérémonie de clôture a été avancée au samedi soir. Nous n’avions pas eu les résultats avant, nous avons donc appris que nous avions gagné 4 médailles de bronze, et j’ai été surpris d’apprendre que j’avais eu le meilleur résultat de l’équipe ex-aequo, et un peu frustré de savoir que j’avais loupé l’argent d’un point ! Les médailles sont quelque chose de particulier aux compétitions d’étudiants comme les BMO. Il ne s’agit pas des 3 premiers, mais de place dans le classement. Aux BMO, le Jury regarde les résultats des élèves les pays membres (c’est à dire les pays de la zone des Balkans), et attribue une médaille de bronze à un tout petit peu moins que les deux premiers tiers, une médaille d’argent au premier tiers et une médaille d’or au premier neuvième, puis applique les barres (en fonction des notes) à l’ensemble des participants. Cette année, il y a eu moins de 10 médailles d’or.

À part les mathématiques, les Olympiades Balkaniques ont été pour moi une formidable expérience grâce aux rencontres que j’ai faites là-bas. Les élèves étrangers étaient très sympathiques et intéressants, et beaucoup des guides avaient entre 15 et 19 ans, ce qui facilite le dialogue et nous a rendu plus proches d’eux. Le soir de l’épreuve, un disco a été organisé à l’hôtel, il n’y avait pas beaucoup de monde, entre 20 et 30 personnes, mais c’était très sympa. Après, je suis resté dans le hall de l’hôtel, et nous avons continué à discuter avec deux guides roumaines et un Chypriote jusqu’à 6 heures du matin. De même, le lendemain soir nous nous sommes retrouvés avec d’autres équipes et nous avons commandé des pizzas. Bref, il y avait une très bonne ambiance là-bas, j’ai rencontré des gens formidables.

En résumé, j’ai vraiment aimé mon séjour à Iasi, j’ai été ravi sur tous les plans, et les BMO me manquent. Maintenant, j’espère être qualifié pour les Olympiades Internationales à Amsterdam en juillet !



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Association Animath - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.7
Hébergeur : ENS Ulm